97647966_oAvant de commencer l’article, je tiens à m’excuser platement pour mon manque de régularité. J’ai plein de choses à vous faire partager, mais je n’ai malheureusement pas le temps qu’il me faudrait… Promis, je vais tâcher de rattraper mon retard !

Indécent,
Colleen Hoover
Ma note : 16/20

J’ai découvert Indécent à travers la chronique d’une bloggeuse qui a su me convaincre. Aussi, quand sa couverture a attiré mon regard dans les rayons d’une librairie, je n’ai pas su résister…

Mon résumé

A à peine 18 ans, Layken vient de vivre le deuil difficile dont elle peine à se remettre : celui de son père, mort d’une crise cardiaque sept mois auparavant. Juste après son déménagement, son chemin croise celui de Will, un jeune homme de deux ans son aîné. Leurs petits frères vont tout de suite s’entendre, ce qui poussera Layken et Will à passer du temps ensemble… jusqu’à ce que les sentiments naissent entre eux. Mais parfois, ce qui nous fait du bien est également ce qui nous fait souffrir…

Mon avis

Je viens à peine de refermer ce roman à l’heure où se tape cet article et c’est la gorge légèrement nouée que j’entame ma rédaction. Pour commencer, je souhaite clamer mon indignation face à cette couverture qui induit totalement le lecteur en erreur quant à la nature du roman. L’on s’attend à un roman érotique ou young adult dans la vague déferlante post 50 shades, or Indécent est tout sauf ça. Même le titre est tout à fait mal choisi et entièrement trompeur. Car l’histoire est tout sauf celle d’une relation érotique.

Indécent, à travers une narratrice plutôt jeune, aborde des thèmes bien plus profonds tels le deuil, la souffrance, l’indépendance, l’abandon… et le fait de « grandir avant l’âge », de « prendre ses responsabilités », des termes bien génériques et pourtant tellement concrets. Je ne m’attendais pas à découvrir une diégèse d’une telle intensité lorsque j’ai ouvert ce livre, et j’admets que c’est cela qui m’a le plus touchée. Il s’agit d’un conte sur la rencontre de deux personnages avec leur caractère et leurs blessures. Mais Indécent ne se résume pas seulement à ses deux protagonistes. Parmi les personnages intéressants, l’on retrouve également la mère Julia, la meilleure amie Eddie, et bien évidemment Kel, le petit frère si « enfant » et pourtant si mature et intelligent… chacun de ces personnages est bien travaillé, et porte ses propres douleurs, son histoire personnelle… J’ai également apprécié l’accent posé sur le slam, un univers méconnu mais qui montre l’importance du poids des mots, la force qu’il communique, la nécessité d’en user pour extérioriser la douleur. Plus qu’un outil créatif, le slam est ici travaillé comme un véritable moyen de guérison, une solution pour l’exorciser… bref, un exutoire.

J’ai tout simplement dévoré ce livre, lu en moins de deux heures, dans les transports en communs. C’est dire l’addiction qu’il a su susciter chez moi ! Rapidement plongée dans la narration, je n’ai souhaité en sortir qu’en refermant le livre. Et j’ai tout aimé : la bonne dose d’amour comme le lot de rebondissements que je n’avais pas tous venus venir. La seule chose qui m’a déplu, c’est bien évidemment la rapidité des évènements parfois. La complicité entre Will et Laken ne s’établit pas très progressivement, et cette façon d’agir comme s’ils s’étaient toujours connus ne me paraît pas très réaliste. Tout comme l’empressement avec lequel Eddie se présente comme la meilleure amie de Layken. Mais tout cela est naturel, et ce n’est donc qu’un léger défaut. Je pense également que j’aurais préféré voir s’accentuer la difficulté sur le dénouement, et ne pas obtenir une happy end. Une fin tragique qui aurait gardé les protagonistes séparés m’aurait paru bien plus émouvante, et plus logique. Là, la solution intervient presque trop facilement, et c’est un peu dommage.

En conclusion

Ce livre est une lecture bien plus profonde qu’elle n’y semblait, qui confronte son lecteur à des thèmes sérieux et relativement peu abordés dans la littérature. C’est pourquoi ce roman est si touchant. Je le recommande très fortement !!

La Parisienne

Publicités