Outliers,
Kimberly McCreight

Kimberly McCreight est une auteure que j’apprécie beaucoup, je ne vous apprends rien. J’avais eu un vrai coup de coeur pour son roman Amelia, et j’ai depuis découvert Là où elle repose, que j’ai également beaucoup aimé. Ici, nouveau registre, nouveau genre : j’étais curieuse de découvrir l’auteure dans le Young Adult, dans la collection R qui plus est est. Je remercie les éditions Robert Laffont pour l’envoi de ce roman !

Le résumé

Tout commence par un texto : Wylie, stp, j’ai besoin de ton aide.
Cassie a disparu et ses SMS laissent craindre le pire : qu’est-elle partie faire dans les forêts denses du Maine ? A-t-elle été kidnappée ? Est-elle en danger de mort ?
Aidée de Jasper, petit ami de Cassie, Wylie surmonte son agoraphobie pour aller à sa recherche. Mais son mauvais pressentiment se fait de plus en plus insistant : et si de bien plus noirs secrets se cachaient derrière la disparition de Cassie ? Des secrets à même de bouleverser l’équilibre du monde ?
Ce premier tome haletant multiplie les faux-semblants et l’inquiétante étrangeté en un crescendo qui le rend impossible à lâcher : c’est LE thriller YA qui donne ses lettres de noblesse au genre !

Mon avis

Avec ce nouveau roman, je découvre une auteure que j’apprécie énormément pour ces thrillers dans un genre totalement différent : celui du Young Adult. Je pensais frôler la dystopie, mais il semblerait que je me sois légèrement trompée sur ce coup-là (quoique…). Bien sûr, le suspense demeure au coeur du récit, mais la cible n’est clairement pas la même, et l’écriture s’en ressent. Verdict ?

Je dois avouer que j’ai dévoré ce roman à une vitesse insoupçonnée. Je ne me doutais pas, en l’ouvrant, que je l’aurais fini à peine 24h plus tard. Le style est fluide, et le langage s’adresse clairement aux adolescents, c’est donc un page-turner qui se lit très vite. 

J’ai toujours beaucoup accroché aux romans de Kimberly McCreight car j’aimais ses intrigues pleines de suspense et de rebondissements. En l’occurrence, sur les presque 400 pages que comptent ce roman, j’en ai passé 300 à me dire « moui… bof ». Parce que tout ce qui se déroulait sous mes yeux, je l’avais vu venir. Parce que l’auteure, pour une fois, n’arrivait pas à me surprendre avec des éléments nouveaux ou inattendus. Parce qu’en fait, c’était tout ce à quoi je m’attendais en ouvrant le roman et en découvrant les personnages. Il m’en fallait plus.
Et puis il y a ces cent dernières pages où, enfin, l’action décolle. C’est à partir de ce moment-là que j’ai pleinement eu l’impression de retrouver ce que j’affectionne tant avec Kimberly McCreight. Enfin, on me retournait le cerveau, on m’invitait à me méfier de tout et de tous, enfin je ne savais plus sur quelles certitudes me baser. Enfin !

La mise en place de l’intrigue est assez rapide. D’ailleurs, pour quelqu’un censé souffrir d’agoraphobie depuis à peine trois semaines, j’ai trouvé que Wylie vainquait plutôt facilement sa peur. Les premiers chapitres se concentrent énormément sur cette phobie, qui disparaît à peine a-t-elle mis le pied dehors. J’ai eu du mal à trouver cela crédible.
De même que toute cette question de recherche… même si, contrairement à de nombreuses dystopies, on a vraiment un pied dans le réel avec ce roman, que tout peut se dérouler à notre époque… j’ai quand même eu un peu de difficultés à comprendre et croire aux Anomalies. Bon, après, tout semble s’imbriquer et devenir logique. D’ailleurs, en fait, les Anomalies pourraient totalement être incarnées par des personnes hypersensibles, je suis sûre que j’en ferais une bonne !

Quant aux révélations finales, j’en attendais une certaine partie (les Anomalies, l’identité de l’Anomalie, la raison de la mort de la mère, la culpabilité du père). Je pense que j’aurais aimé être davantage surprise encore, ou tout du moins que les twists soient mieux répartis tout au long du roman. Pour un lecteur attentif, il est tout à fait possible de déjouer les pièges que nous tend l’auteure, et c’est dommage. J’en attendais un peu plus, finalement.
Il n’en demeure pas moi que Outliers est un très bon premier tome, qui met en place les bases d’une série dont j’attends la suite avec impatience. Je pense que je serai servie au niveau rebondissements avec le tome 2 (à paraître prochainement j’espère !).

En conclusion

Outliers pose les bases d’une bonne série Young Adult. J’ai regretté un manque de rebondissements dans les trois premiers quarts du roman, heureusement l’auteure se rattrape dans les cent dernières pages riches en révélation. Une fois de plus, Kimberly McCreight a su me convaincre et s’imposer dans mon esprit comme une auteure définitivement à suivre !

Notation 5 A découvrir

La Parisienne

Publicités