9782749139920.
Amelia
,
Kimberley Mc Creight
Ma note : 18/20

Je n’avais jamais entendu parler d’Amelia avant que le Cherche-Midi me propose de le lire, et pour cause : sa sortie n’est prévue que le 27 août. Très intriguée par la quatrième de couverture, j’avais vraiment hâte de voir ce que ce roman allait donner. Et j’ai tout simplement adoré !

Mon résumé

Amelia est une adolecente de 17 ans très intelligente et s’apprête à passer son bac. Elle vit seule avec sa mère, Kate, une brillante avocate qui est rarement à la maison. Tout bascule cependant le jour où Kate reçoit un appel de la part du lycée de sa fille : Amelia est accusée d’avoir triché. En arrivant sur place, Kate découvre le corps sans vie d’Amelia, qui s’est jetée du toit de l’établissement. Quelques temps après l’enterrement, Kate va pourtant recevoir un SMS qui va tout changer : « Amelia n’a pas sauté ».

Mon avis

Je m’attendais à beaucoup aimer ce roman, et je l’ai tout simplement adoré ! Amelia nous plonge au coeur de Grace Hall, un établissement privé de Brooklyn bien sous tout rapport. Le récit se divise principalement en deux voix : celle de Kate, après le drame, et celle d’Amelia, au cours des deux mois précédent sa mort. Il est également ponctué de quelques pages de conversations SMS et de statuts Facebook.
J’ai parfois été un peu gênée du simulacre de langage jeune adopté par Amelia, Sylvia et Zadie (à coups de « genre » et de « putain », et des SMS écrits en langage… SMS), mais cet effet s’estompe au fil des pages.

Le prétexte du suicide, qui lance l’intrigue, est également le point de départ de l’enquête de Kate sur la mort de sa fille, et permet d’aborder des sujets bien plus profonds qui m’ont passionnée et effrayée à la fois : la maternité précoce, la monoparentalité, les sororités, le harcèlement scolaire, l’homosexualité. Autant de thématiques très bien travaillées et articulées d’une manière qui semble vraiment très fluide à la lecture. Rien de tout ça n’est superflu, et à aucun moment nous ne sentons la fiction du récit : c’est d’autant plus glaçant de constater que de tels faits pourraient se dérouler dans la réalité.

Beaucoup de secrets et de mystères englobent l’étrange suicide d’Amelia. Des liens de cause à effet se tissent entre passé et présent, et Kimberley Mc Creight se plaît à nous balader et nous mener vers de fausses pistes. De nombreuses questions se posent au fur et et à mesure que progresse la lecture : qui est ce mystérieux Ben ? Qui est le père d’Amelia ? Pourquoi Zadie la déteste-t-elle tant ?
Et même lorsque ces mystères semblent se délier, il en vient davantage. D’autres rebondissements inattendus viennent ponctuer le récit, rendant la lecture totalement addictive ! L’auteure ne nous laisse donc pas le temps de respirer et tient le lecteur en haleine jusqu’aux dernières pages du récit.

Quelques questions restent en suspens à la fin du roman, mais dont la résolution est loin d’être indispensable : quelle est cette étrange maladie dont semble souffrir Dylan ? Quels étaient ses véritables sentiments ? Pourquoi Zadie déteste-t-elle tant Amelia ? Quel est le lien qui l’attache à Dylan ?
Le dénouement est tout simplement parfait tel qu’il est. J’avais évidemment deviné quelques pans de la résolution du mystère, mais j’admets m’être fait mener en bateau et ne pas avoir tout découvert par moi-même.

En conclusion

Véritable coup de coeur pour ce roman très prenant ! Une intrigue qui aborde des sujets très profonds tels que le harcèlement scolaire, l’homosexualité ou encore les sororités. Une lecture que vous ne pourrez lâcher, à découvrir absolument !

La Parisienne

Publicités