L’accro du shopping a une soeur
Sophie Kinsella

Lorsque j’ai besoin de légèreté, je sais que je peux compter sur Becky et ses pensées loufoques. Cela s’est vérifié une fois encore cette semaine avec ce roman, qui fut ma première lecture de l’année.

Le résumé

Après un long voyage de noces, le retour à Londres est difficile pour Becky Bloomwood-Brandon : pas de boulot, un budget sous haute surveillance, un mari débordé, une meilleure amie occupée ailleurs, des parents en pleine psychothérapie… Plus une surprise de choc : Becky découvre qu’elle a une sœur, née des amours prénuptiales de son père. Et quelle sœur ! Radine comme un pou, gaie comme une porte de prison, pas féminine pour deux pence, Jess déteste les fringues, le maquillage et le chocolat. Et, surtout, elle a une sainte horreur du shopping ! Finie la belle vie ? Envolés les rêves d’entente familiale ? Terminé le lèche-vitrines ? C’est mal connaître la plus attachante des fashionatas, qui, une fois encore, a plus d’un tour dans ses sacs…

Mon avis

Après des lectures plutôt éprouvantes, j’avais besoin de légèreté. En prévision des vacances de Noël, j’avais glissé un tome des aventures de Becky dans ma valise : c’est toujours le moment de découvrir un bout de sa vie, la garantie d’un moment de détente et de rire assuré.

Même si Becky ne semble pas tirer de leçons de ses expériences et qu’elle a le don de se fourrer dans des situations impossibles, elle me fait toujours autant rire. Bon, il est vrai que dans ce tome en particulier, j’ai parfois eu envie de lui tordre le cou à plusieurs reprises ! Quel besoin a-t-elle de tant mentir, et d’acheter aussi compulsivement ?
Et puis, à bien y réfléchir, je me suis reconnue en elle : elle refuse qu’on ne puisse pas l’apprécier et fera tout pour qu’on l’aime.

Dans ce tome, Becky se découvre une soeur qu’elle ne connaissait pas. Et on n’aurait pas pu imaginer des personnes plus différentes ! Jess est aussi économe que Becky est dépensière. Leur antagonisme exacerbé saute aux yeux, c’était presque trop… je pense que l’auteure aurait pu alléger les traits de Jess, et cela aurait suffi.

J’ai dévoré ce roman en quelques heures seulement, comme à chaque fois que j’ai affaire à un roman de cette série. Ce sont des lectures rapides, légères, et qui remplissent efficacement les missions que j’attends d’elles. En somme : de la chicklit qualitative que je vous recommande chaudement !

En conclusion

Je sais d’ores et déjà qu’en 2019, je terminerai cette saga qui me fait beaucoup rire et que j’aime énormément. Même si Becky est une catastrophe ambulante, c’est un personnage attachant que j’ai plaisir à retrouver. Une lecture qui fait du bien au moral et que je vous conseille toujours autant !

La Parisienne

De la même auteure :
Confessions d’une accro du shopping
L’accro du shopping à Manattan
L’accro du shopping dit oui

Publicités