L’Assassin Royal tome 3 : la Nef du crépuscule
Robin Hobb

Comme chaque mois, le petit rituel de ma lecture commune avec Stéphanie revient. Nous en sommes donc arrivées au troisième tome de l’Assassin Royal… et c’est bien parti pour durer encore un petit moment !

Le résumé

Ravagé, pillé, le royaume des Six-Duchés plie sous le joug de l’envahisseur. Les navires de guerre ne parviennent plus à tenir les pirates rouges en respect. Dans le pays, les dissensions éclatent entre les duchés côtiers, qui doivent supporter les incessantes attaques de l’ennemi, et les duchés intérieurs qui se désintéressent de leur sort. La cour elle-même, où le vieux souverain est manipulé par Royal, n’est plus qu’un théâtre d’intrigues où règnent en maîtres le soupçon, la traîtrise et le mensonge. Aussi le prince Vérité décide-t-il d’entreprendre une quête insensée : aller trouver les anciens, par-delà les montagnes, pour leur rappeler leur serment de venir en aide au royaume dans ses heures les plus sombres…

Mon avis

Que d’action dans ce tome ! Encore aujourd’hui, quelques jours après avoir refermé le roman, j’ai encore du mal à m’en remettre. Il est vrai qu’il s’agit d’un tome charnière qui fait du bien, après les lamentations amoureuses qui jonchaient le deuxième tome (un tome qui traînait davantage en longueur).
Le rythme reprend dans La Nef du crépuscule, et Royal ne laisse absolument aucun répit à FitzChevalerie. C’est un tome riche en rebondissements, que j’ai eu énormément de mal à lâcher. Robin Hobb a ce pouvoir sur son lecteur : celui de piquer son attention d’une telle façon que la suite de l’histoire devient une obsession.

Bien que Fitz agisse toujours de manière inconsidérée et irréfléchie, il va beaucoup apprendre sur Umbre, Burrich, Subtil, et sur lui-même. Même s’il n’arrive pas encore à décrypter tout du monde qui l’entoure (et notamment le comportement de Molly, alors qu’il est pourtant plus que limpide !), je l’ai trouvé mature dans ses choix stratégiques et dans ses prises de parole.
J’ai également beaucoup aimé le rôle d’Oeil-de-Nuit, qui prend de plus en plus d’importance à mesure que l’histoire avance. C’est très clairement un personnage clé, et quelque chose me dit qu’il aura son utilité par la suite.

Bien que j’arrive toujours à déjouer les intentions de l’auteure, je prends plaisir à ne pas me laisser surprendre. Ainsi, il me tarde de retrouver Vérité, totalement absent de ce tome et qui m’a beaucoup manqué. Plusieurs questions demeurent en suspens : je m’interroge notamment sur le sort de Kettricken et sur celui du Fou, qui est probablement mon personnage préféré de toute la saga.

À chaque fois que je referme un nouveau tome de l’Assassin Royal, je n’ai qu’une envie : me jeter sur la suite. Preuve que cette série est incroyable et qu’elle fera à coup sûr partie de mes références littéraires !

En conclusion

Cette saga marque un vrai tournant dans ma vie de lectrice. Je sais désormais que je peux savourer pleinement la littérature de l’imaginaire, et c’est un genre qui ne me fait plus peur et vers lequel je me tournerai avec grand plaisir à l’avenir. Fitz, le Fou et tous les autres font partie de ces personnages qui marquent un coeur de lecteur, et il me tarde déjà de les retrouver ! Si vous n’avez pas encore succomber : qu’attendez-vous ?!

La Parisienne

Publicités