Là où tu iras j’irai,
Marie Vareille

Marie est à la fois une auteure que j’apprécie beaucoup, et une blogueuse que j’affectionne tout particulièrement, d’autant qu’elle m’a précédée dans l’aventure des Lectrices Charleston ! Je la suis depuis longtemps, et j’avais beaucoup aimé ma lecture de son deuxième roman, Je peux très bien me passer de toi. J’attendais donc cette nouveauté avec impatience ! Un grand merci aux éditions Mazarine et à Marie pour cette belle lecture.

Le résumé

Isabelle rêve d’une vie d’actrice mais mène une vie lambda. Un jour, fauchée, elle accepte pour travail de séduire un jeune veuf sur le point de se remarier. Elle doit alors partir en Italie et se faire passer pour la nourrice de la famille riche famille des Kozlowski. Ce qu’elle n’avait pas prévu, c’est que les enfants lui en font voir de toutes les couleurs.

Mon avis

Ce que j’aime énormément lorsque je m’attache à un auteur, c’est découvrir ses oeuvres les unes à la suite des autres pour suivre son évolution. Et là, avec ce roman, je trouve que le chemin parcouru par Marie est flagrant. Je peux très bien me passer de toi était déjà un excellent roman, mais avec Là où tu iras j’irai, Marie place la barre encore plus haut.
Ce qui me fait dire ça, c’est premièrement l’absence de clichés. La chicklit est un genre qui est souvent déploré à cause des rebondissements prévisibles que l’on voit venir à des kilomètres. Et il y en avait un peu dans Je peux me passer de toi (mais pas trop non plus, je vous rassure). Là, nous sommes encore une marche au-dessus, puisque l’auteure a réussi à instaurer de vrais éléments de surprises dans son intrigue, des moments que je n’avais pas vus venir et que j’ai, de fait, beaucoup appréciés.

J’ai adoré l’ambiance de ce roman. Déjà, l’Italie, c’est mon pays d’adoption et de coeur (je dois avoir des gênes italiens quelque part, mais il faut chercher très très très loin, parce qu’aussi loin où je suis remontée, je suis tout ce qu’il y a de plus français. Quelle originalité, quel exotisme, plus banal tu meurs). La mortadelle, les glaces, la Mamma, les pastas, les pizzas… bref, je m’emballe, mais vous l’aurez compris : j’ai adoré cette immersion au coeur de la villa des Valentini !

J’ai retrouvé dans ce roman l’humour de Marie Vareille, même si, pour moi, il est un peu moins présent que dans Je peux très bien me passer de toi : le sujet s’y prête forcément un peu moins. Malgré cela, j’ai aimé retrouver le style de Marie qui me parle beaucoup et me fait sourire. Je me suis reconnue dans certaines situations décrites par Isabelle, la protagoniste du roman. J’ai aimé son rapport avec Nicolas, particulièrement, et j’ai adoré la place que prend Harry Potter dans sa vie, car c’est (comme pour vous, j’imagine) un roman très important pour moi, et qui m’a donné le goût de la lecture.

Encore une fois, j’ai passé un moment vraiment chouette en compagnie d’un livre de Marie, et je sais d’avance que je recommanderai cette lecture autour de moi, notamment à ma maman ou à ma cousine qui, je n’en doute pas, vont l’adorer. C’est un roman doux, le feel-good par excellence qui m’a fait me sentir bien, et que je n’avais pas envie de quitter.

En conclusion

Là où tu iras j’irai est pour moi le roman feel-good par excellence, qui m’a fait passer un excellent moment. J’ai adoré retrouver l’écriture fraîche, pétillante et pleine d’humour de Marie Vareille, une auteure pour laquelle je serai toujours au rendez-vous !

La Parisienne

PS : Stay tuned, je vous réserve une petite surprise sur instagram !

Publicités