La Soeur à la perle,
Lucinda Riley

Les tomes des Sept Soeurs font partie des incontournables Charleston, ce sont des sorties que je ne souhaite pas manquer car j’aime beaucoup cette saga. Par conséquent, je ne pouvais évidemment pas passer à côté de La Soeur à la perle. Je remercie les éditions Charleston pour cette lecture.

Le résumé

CeCe d’Aplièse ne s’est jamais vraiment sentie à sa place. Et à la suite du décès de son père adoptif, l’excentrique milliardaire Pa Salt – surnommé ainsi par ses filles, adoptées aux quatre coins du monde – elle se retrouve complètement perdue.
Désespérée, n’ayant que les quelques indices laissés par son père – une photographie en noir et blanc et le nom d’une pionnière ayant traversé le monde – CeCe part à la recherche de ses origines… jusque dans la chaleur et la poussière du centre rouge de l’Australie.
Cent ans auparavant, Kitty McBride, fille de pasteur, abandonne sa vie bien rangée pour accompagner une vieille dame d’Édimbourg jusqu’à Adélaïde. Son ticket pour cette terre inconnue apportera le grain d’aventure dont elle avait toujours rêvé… ainsi qu’un amour qu’elle n’avait jamais imaginé.
Alors que CeCe découvre des secrets enfouis depuis bien longtemps, elle commence à penser que ce vaste et sauvage continent pourrait lui offrir quelque chose qu’elle a toujours cru impossible : un sentiment d’appartenance et un foyer…

Mon avis

Cece, ou plutôt Celaeno, est la soeur d’Aplièse que, jusqu’à présent, j’appréciais le moins. Et après avoir refermé ce quatrième tome, la tendance s’est complètement inversée et je me suis aperçue qu’elle était probablement celle qui me ressemble le plus. Comme quoi… il faut toujours apprendre à connaître les gens !
Cece a toujours été celle qui parlait au nom de sa soeur Star (ce qui m’agaçait d’ailleurs un peu dans les précédents tomes). Mais après l’émancipation « précipitée » de sa soeur, Ceci se retrouve seule et démunie, et décide de partir à la recherche de ses origines.

J’ai beaucoup aimé le caractère de Cece. C’est un personnage d’apparence solide, pourtant fragile. Elle a toujours pris l’habitude de tout gérer, à la fois pour elle et pour sa soeur, et elle se sent démunie lorsqu’elle se retrouve seule. J’ai aimé ses particularités, qui la différencient des autres : sa dyslexie, sa sexualité… Seul bémol : je trouve regrettable que chacune des soeurs tienne son « don » de son héritage familial. C’est tellement peu le cas dans la vraie vie… !
J’ai également beaucoup aimé l’histoire de Kitty, même si je n’étais pas toujours en accord avec ses choix.

Cette plongée au coeur de l’Australie m’a énormément dépaysée. Est-ce lié au fait que je me trouvais en vacances au moment de ma lecture ? Peut-être…
Pour être honnête, je ne m’attendais pas à tant aimer l’histoire de cette soeur, et elle est peut-être celle que j’ai préférée. Il me tarde désormais de découvrir celle d’Electra, bien plus que Tiggy… !

En conclusion

Cece est une héroïne qui s’est entièrement révélée dans ce tome. Ce n’est pas du tout ainsi que je me l’étais figurée, et je suis ravie de m’être trompée ! C’est un personnage que j’ai aimé découvrir, tout comme son histoire.

La Parisienne

De la même auteure :
Les Sept Soeurs tome 1 – Maia
Les Sept Soeurs tome 2 – La Soeur de la tempête
Les Sept Soeurs tome 3 – La Soeur de l’ombre
La belle italienne
La jeune fille sur la falaise

Publicités